User-agent: Mediapartners-Google* Disallow:POLICIERS VOLENT LES FICHIERS DU STIC - DONNEES PERSONNELLES BIEN PROTEGEES à CANNES

Accueil  

Dérapent dans le département 06 ju- ges régisseur huissiers notaires mandataires avo-cats
po-li-ciers et sur le reste de la France

Des policiers qui sont la honte de la police ! Leurs permettre d'échaper à la justice
comme ceux de Grenoble serait pire ! !

Une publication de Nice Matin du 19 décembre 2009
Remarquez les noms cachés des policiers ! Certains citoyens n'ont pas les même
protections dans la presse ! !


Côte d'Azur L'actualité
Le couple de policiers cannois mis en examen et écroué

CORRUPTION PRÉSUMÉE
Ils auraient notamment consulté frauduleusement le fichier STIC des infractions constatées et violé le secret professionnel
Le couple de policiers cannois, soupçonné dans une affaire de corruption présumée et de violation du secret professionnel, a été mis en examen très tôt hier matin, après avoir été longuement entendu dans la nuit de jeudi à vendredi par les juges d'instruction, Catherine Bonnici et Sandrine André (lire nos éditions du 17décembre 2009). S. M., la jeune femme de 32 ans, officier de police judiciaire au quart du commissariat de Cannes, a été mise en examen pour faux en écriture publique et consultation frauduleuse du STIC (système de traitement des infractions constatées). T R, son époux de 33 ans, affecté à la brigade de nuit, a quant à lui été mis en examen pour complicité de faux en écriture publique, consultation frauduleuse du STIC, violation du secret professionnel, atteinte à l'intimité de la vie privée par diffusion d'images et corruption.
À l'issue de leur présentation devant la juge des libertés et de la détention, vers quatre heures et demi du matin, tous deux ont été écroués à la maison d'arrêt de Draguignan pour elle et de Toulon pour lui, conformément à la demande des juges d'instruction et du
parquet. Leur avocat, Me Joël Blumenkrantz, a, dans la foulée, déposé une demande de mise en liberté.
À l'origine de ce dossier, les déclarations d'un ancien ami du policier qui l'accuse d'avoir alerté des patrons d'établissements de nuit de Cannes, des contrôles de police à venir en échange de prétendus « cadeaux ». « Pour moi, ce dossier est vide, fait de

présomption et d'accusation non corroborées par des preuves », déplore Me Blumenkrantz qui estime d'autant plus « scandaleux, le placement en détention de la jeune femme (enceinte de cinq mois, ndlr), alors qu'elle n'a été mise en cause à aucun moment par qui que ce soit ».

MATHILDE TRANOY
mtranoy@nicematin.fr