Accueil  

Dérives département 69 : j - u-ges notaires huissiers avo-cats gendarmes poli- ciers
sur le reste de la France

Source Le Progrès de 3 sept. 2008 :
Un agent des impôts créait des faux contribuables pour détourner des fonds ! Dix ans sans que personne ne découvre rien ! A qui pouvait être destinés ces détournements ? Il y a forcement des complicités ! Pourquoi cache t-on le nom ? Pour qu'aucun témoin se manifeste ? Où parce que sa protection va être discrètement être assurée par l'impunité comme CWIKOWSKI ?

Lyon : un agent des Impôts en prison
Exclusif. Il est suspecté d'avoir détourné près de 440 000 euros en inventant des dossiers de contribuables

Un agent des Impôts en prison pour délit financier. Le contraste paraît incongru, inconcevable. Et pourtant.
Dans la discrétion de l'été, Jean-Luc S, 53 ans, fonctionnaire de la catégorie C, a été écroué, le 8 août précisément, suspecté avoir détourné à son profit la rondelette somme de 438 000 euros et quelques centimes.
Un procédé à peine croyable au cœur de l'administration fiscale Il a été mis en examen par le juge d'instruction Dominique rault au palais de justice de . rue Servient, à Lyon (3e arrondissement) pour « soustraction de biens publics par personne chargée de mission service e, faux en écriture publique et usage », a quelques les centaines de mètres de la Cité administrative d'Etat, le Garibaldi, où il exerçait emploi modeste et anonyme agent de constatation, plus particulièrement chargé du recouvrement dans le 9e arrondissement de Lyon. aurait réussi à obtenir -gent selon un procédé à ne croyable dans la rigidité des rouages de l'administration fiscale. n les investigations de la division financière de la direction interrégionale de police judiciaire (DIPJ) de Lyon, le

fonctionnaire aurait inventé des contribuables pour créer artificiellement des crédits d'impôt.

Plus exactement, il créait de fausses situations à partir de dossiers clôturés. Par exemple, il justifiait un remboursement par des frais de garde fictifs attribués à un vrai contribuable avec une manipulation informatique le chèque du Trésor public partait en réalité sur les comptes du fonctionnaire, via

de faux noms ou des noms de proches. Ce système aurait duré près de dix ans.

L'agent aurait ainsi créé de toutes pièces plus d'une centaine de bénéficiaires fictifs En utilisant même une fausse personne placée sous tutelle pour brouiller les pistes.

A force, sa banque s'est inquiétée de nombreux mouvements sur ses comptes.

Ce qui a éveillé l'attention de son administration et déclenché une enquête

interne de la direction des services fiscaux.

« On est tous sur le cul, rien dans sa vie quotidienne ne laissait penser ça, il n'affichait aucun luxe, rien, rien, on n'arrive pas à comprendre » dit un de ses cousins.

Ses cinq frères et sœurs, toute sa famille est pétrifiée de stupéfaction.

Marié, un enfant, Jean-Luc S passait pour « charmant, serviable » . Il faudra probablement chercher les sources
de sa dérive dans des faveurs
intimes, secrètes.
Face aux enquêtes
l'homme a avoué avoir fait
tous ses gains au jeu,
casino, dans des soirées festi
ves.
Comme si le fonctionnement bien rangé finançait la dot de la
vie d'un personnage discret
inconnu de tous
.
Richard Schittly
rschittly@leprogre: