Accueil     

Dérives dans le département 75 j-u-g-e-s huissiers man-da-taires no-tai-res avocat  com-mis-saire  po - l - i - ci - er - s sur le reste de la France

Va-t-il continuer à faire la morale a des voleurs dans les supermarchés ? Oui ?

Le Républicain Lorrain publié le 18/01/2012 à 05:00

Juge voleur de pendule
Un magistrat qui siégeait au procès Carlos et a reconnu avoir dérobé une horloge dans les bureaux de la cour d'assises a écopé hier d'une condamnation à 6 mois de prison avec sursis et 2 000 € d'amende dans le cadre d'une procédure de plaider-coupable. « Il n'y a pas d'explication, il s'agit d'un moment d'égarement », a répondu d'une voix faible Dominique Gaboret-Guiselin, 63 ans, à la présidente qui l'interrogeait sur les raisons de son geste.

Un magistrat vole une pendule à la cour d'assises pendant le procès Carlos

Par Lepost - Vendredi 23 décembre, 19h31

Un magistrat vole une pendule à la cour d'assises pendant le procès Carlos

Il a été pris la main dans le sac grâce à la vidéosurveillance comme le rapporte RTL .

Récemment, le procès du terroriste Carlos s'est tenu à la cour d'assises de Paris. Seuls des magistrats professionnels ont siégé.
Le lendemain du procès, le président de la cour d'assises ainsi qu'un fonctionnaire constatent la disparition d'une pendule. Celle-ci, qui date du 19ème siècle, est classée au mobilier national.
Ce vol crée un émoi au sein du palais de justice et une enquête est diligentée par la police.
Le remue-ménage paye car quelques jours plus tard, la fameuse pendule fait sa réapparition dans un sac de toile.
L'un des juges du procès Carlos explique alors qu'il a retrouvé l'objet dans une salle du parquet.
Ses explications étant un peu confuses, les policiers visionnent alors les vidéos du palais de justice.
Ils voient le magistrat revenir avec la pendule et ils constatent aussi que quelques jours plus tôt, il a quitté le tribunal avec la pendule sous le bras.
Le juge âgé de 63 ans a été entendu par les policiers. Le procureur de la République de Paris a engagé des poursuites judiciaires à son encontre.

Publication du Dauphiné libéré du 24 décembre 2011 : Remarquez la manière particulière de traiter l'information ici par l'absence du nom. Est-ce pour protéger le magistrat voleur ?