Dérapent dans le milieu police / justice sur le reste de la France  Retour à la liste des politiques qui dérapent   Voir aussi les "Ballets ROSES" Le Juge Francis CARLE à Grenoble   Le juge ROCHE à Toulouse

 

Mystère de l'arrivée au pouvoir de ce personnage comment ? Par qui ? Pourquoi ? Vrai ? Faux ? Pourquoi refuse t-il de répondre sur nos interrogations sur le suicide suspect de Marie Hélène FERDIN alors épouse de CWIKOWSKI ? Un commissaire révoqué qui avait des sociétés de services aux collectivités locales, pour faire quoi ?

Fin 2017 J-J URVOAS mis en lumière comme ministre de la justice en trafics d'influence illicites avec les députés jusqu'où ?
Une publication du Dauphiné Libéré - Mon avis sur la CURIEUSE audience du 1er mars à Grenoble ! ! !



Texte recopié :

Mercredi 1er février 2012 page 5

JUSTICE
Affaire Vallini : une audience aux prud'hommes le 1er mars

Le conseil des prud'hommes de Grenoble a convoqué une nouvelle audience, jeudi 1e' mars à 14 h 30, dans l'affaire opposant le président du conseil général de l'Isère, André Vallini (PS), à une de ses anciennes assistantes parlementaires l'accusant de harcèlement moral. Les conseillers prud'homaux en charge de l'affaire ont fixé cette nouvelle audience afin de « demander des explications et des pièces complémentaires aux parties », a indiqué Eric Vialle, directeur du greffe du conseil des prud'hommes de Grenoble, confirmant une information de France Bleu Isère.

Une première audience avait eu lieu l er, décembre 2011.
Contacté, M. Vallini a dit n'avoir « aucun commentaire à faire » sur cette « affaire privée ». Son ancienne assistante parlementaire n'était pas joignable dans la matinée. Collaboratrice de M. Vallini entre 1997 et 2010, cette militante socialiste de 56 ans a assigné l'ex président de la Commission d'Outreau devant les prud'hommes pour "licenciement abusif, harcèlement moral et discrimination à l'âge". « Cette procédure de licenciement qui dure depuis plus d'un an sort curieusement dans la presse en pleine campagne présidentielle, alors même que j'apprends que mon ex assistante est en contact avec mes adversaires politiques

locaux », avait dit M. Vallini le 9 janvier dans un communiqué.

Mon avis !
M. André VALLINI (aussi avocat) était mis en cause pour licenciement abusif et harcèlement par Mme Brigitte VOLMAT son attachée parlementaire de Tullins. La tenue de cette audience du 1er mars (moins secrète que les précédentes) s'est tenue à l'écart dans la petite salle 9 du Palais de justice de Grenoble alors que les autres affaires concernant les cadres devant les prud'hommes passaient en salle 2 au même moment.

M. VALLINI était arrivé plus d'une demi heure avant l'heure de l'audience et attendait avec Jean-Michel DETROYAT son avocat dans cette salle 9 dont l'entrée était bien gardée par cinq policiers en uniforme.

L'audience prévue à 14h débutera à 14h32 et Mme VOLMAT Brigitte son adversaire est appelée car elle attendait patiemment dans une autre salle à l'abri des journalistes, principal public présent pour l'affaire.

Moi, René FORNEY, j'étais intéressé par les liens possibles avec le suicide de Marie-Hélène FERDIN au Conseil général de l'Isère. L'ex épouse de CWIKOWSKI ancien commissaire révoqué qui avait des sociétés de services aux collectivités locales et son épouse (la suicidée juste avant l'arrestation de son époux) avait une délégation de signature signée par André VALLINI. Le voleur de courrier MARGAILLAN Henri associé de CWIKOWSKI ayant sur son agenda des relations à Tulins.

Dans une affaire connexe, où j'étais partie civile, l'avocat DETROYAT défendait aussi un de l'équipe à Bruno CWIKOWSKI mis en cause dans le vol de 20.000 fichiers de la police financé 600.000 euros par la société ATER à Montbazon près de Tours. Lequel a dit en audience qu'il devait déterminer le patrimoine des personnes alors que le juge lui demandait l'utilité de détourner ces fichiers.

Dans une autre affaire connexe, DETROYAT assistait (au lieu de sanctionner) les avocats qui me poursuivaient pour dénonciations calomnieuses en 2005, ils ont tous été déboutés de leurs poursuites.

A 15h45, c'est l'expulsion du public, l'essentiel de l'audience VALLINI se déroulera donc à huis clos comme dans l'affaire Outreau car le peuple ne doit avoir qu'une vérité présentable et attendra à l'extérieur jusqu'à 16h45.

Nous apprenons, alors que Mme VOLMAT sèche ses larmes après une heure de huis clos, qu'elle a accepté un accord amiable (Sous quelles pressions psychologiques ? Sous quel troc : finir ses jours au RSA ou accepter un peu de fric en échange de son silence ? Confidentialité a dit son avocat ! S'écraser pour avoir le droit de vivre ?

Le déroulement de l'audience :

L'avocat EISLLER expose en 30 mn pour l'essentiel trois points :

- Suppression de prime, mise au placard…
- Licenciement abusif…
- Discrimination par l'âge…

L'avocat Jean-Michel DETROYAT en 30 mn dénonce l'exploitation politique au moment des élections et transforme la victime en coupable.
10 minutes d'échanges de questions et c'est l'expulsion du public
Attente d'une heure exactement et sortie de M. VALLINI au pas de course avec les journalistes sur ses talons.

La version du Dauphiné Libéré