Accueil     Juges exemplaires ? 1 , 2 , 3 , 4 , 5 , 6 , 7 ,       Avocats contre la soumission 1 , 2 , 3 , 4 , 5 , 6 , 7 ,
    Retour à la carte de France de ceux qui dérapent    
  Compétent éliminé    association muselée  Résistants aux pressions
Avec la main mise du politique sur la justice, c'est les plus mafieux qui arrivent au sommet du pouvoir ! ! !
Imprimer            Cité dans mes procédures Voir l'article du Figaro

Dominique de Talancé, juge d'instruction, dénonce le «contrôle des dossiers financiers :
« Une volonté de mainmise du parquet »

C'est une initiative rare. Dominique de Talancé, première juge d'instruction au pôle économique et financier de Paris (notamment saisie de l'enquête sur la vente de frégates militaires françaises à Taiwan), a accordé hier un entretien exclusif à l'AFP. Hier soir, le parquet a dénoncé ' le caractère quasi infondé qu'outrancier de ses propos». Quel regard portez-vous sur l'évolution du traitement des dossiers économiques et financiers par Injustice ces dernières années ? Il y a depuis quelques années une volonté de mainmise du parquet sur l'ensemble de la chaîne pénale, de l'enquête préliminaire au tribunal correctionnel, sous le prétexte fallacieux de la maîtrise des délais et de l'efficacité de la procédure, en réalité, pour mieux contrôler les dossiers financiers. On ouvre ainsi de plus en plus d'enquêtes préliminaires [sous l'autorité

du parquet] au détriment de la recherche de la vérité, alors que les juges ont plus de possibilités que le parquet d'aller au fond des dossiers. Pendant ce temps, les fonctions de base du parquet sont de plus en plus mal remplies: mauvaise connaissance des dossiers, réquisitions dans des délais anormaux... Les magistrats du parquet vivent aujourd'hui dans un climat de censure et d'autocensure, sans pouvoir d'initiative comme le requiert pourtant leur statut de magistrat.

Constatez-vous aussi des problèmes au niveau de L'instruction ?

La désignation des juges se fait le plus souvent sur des critères politiques ou de docilité, et non sur des critères de compétence. Le parquet mène en outre une véritable entreprise de destruction du travail des juges en multipliant les appels devant la chambre de l'instruction lorsque les ordonnances des juges ne

sont pas conformes aux réquisitions. Comment analysez-vous cette évolution judiciaire?

Il existe un évident parti pris politique à nier contre toute évidence l'importance des délits économiques et financiers alors que la société française est de plus en plus corrompue. On ne veut plus voir de ministre mis en cause. La réforme du finan cement des partis politiques n ' a rien changé sur le fond. On cache maintenant ce qu'on faisait avant ouvertement. Le crime économique n'est plus pris en compte dans le cadre de la politique pénale alors qu ' on assiste de plus en plus à une péné tration dans l'économie légale de l'argent du crime avec la complicité d'institutionnels comme les banques, la Bourse, etc. en ce qui concerne le blanchiment. Notre société est de plus en plus vérolée par l'ar gent du crime.

Recueilli par PIERRE ROCHICCIOII (AFP)

 

Home La révolte d'un juge financier

  • Par Propos recueillis par Jérôme Bouin (lefigaro.fr)
  • Mis à jour le 15/02/2008 à 17:49 Publié le 15/02/2008 à 17:47
    INTERVIEW - Après dix années au pôle financier du tribunal de grande instance de Paris, la juge d'instruction Dominique de Talancé a choisi de s'en aller. Elle déplore l'obstruction du parquet et à travers lui l'abdication du pouvoir face aux délits financiers. Dominique de Talancé, ici en 2004 devant le pôle financier, à Paris.

Elle a passé vingt années comme juge d'instruction, dont dix au prestigieux pôle financier du tribunal de grande instance de Paris. Dominique de Talancé a quitté le 23 janvier dernier les bureaux du boulevard des Italiens à Paris pour rejoindre la cour d'appel de Versailles. Elle en a profité pour pousser un «coup de gueule», le 13 février sur l'antenne de RTL , contre l'action du parquet de Paris. Une action qui contribuerait, selon elle, à réduire le champ d'investigation du pôle financier. Pour lefigaro.fr, elle a accepté de revenir sur cette prise de position très virulente.

lefigaro.fr. - Pourquoi avoir choisi de prendre la prendre la parole aujourd'hui ?

Dominique de Talancé. - Parce que je pense que cela intéresse les gens de savoir ce qui se passe au sein du pôle financier, très médiatisé. Et puis parce que ce pôle financier est aujourd'hui, selon moi, vidé de sa substance.

Le parquet, directement lié à l'exécutif, est juge de l'opportunité de poursuites. C'est lui qui décide si telle ou telle affaire mérite d'être poursuivie. S'il décide qu'on ne la poursuit pas ou qu'on va différer cette poursuite, le pôle financier ne travaille pas. Les juges d'instruction ne pouvant pas s'autosaisir. Résultat : nous sommes dépendants de l'idée qu'a le pouvoir politique en place de ce qu'il doit réprimer ou pas. Et aujourd'hui, le parquet de Paris fait en sorte que les affaires financières complexes ne soient plus instruites par les juges du pôle financier. J'ai donc choisi de partir pour ne pas servir d'alibi.

Derrière ces propos il y a en creux une accusation du pouvoir politique. Quel message souhaitez-vous faire passer à la classe politique ?

Je n'ai rien envie de leur dire, il faut que les choses soient bien scindées : il y a le pouvoir politique d'un côté et le pouvoir judiciaire de l'autre. Simplement le pouvoir judiciaire, malheureusement, est totalement dépendant de la politique qu'entend mener l'exécutif. Nous sommes parfaitement empêchés de travailler. Les juges financiers sont renvoyés au chômage technique.

Jean-Claude Marin, le procureur de Paris, vous a répondu, évoquant une politique «déterminée et sans failles» à l'égard de la délinquance financière. Il a aussi cité plusieurs cas de poursuites engagées actuellement par le parquet dans des affaires financières.

Oui mais quand on enlève la Société générale et l'UIMM, il ne reste plus que des affaires assez anciennes. Il n'y a aucune nouvelle affaire. Aujourd'hui, le pôle financier ne se penche plus que sur des petites affaires. Il est totalement bloqué par le parquet. D'autre part, le discours de rentrée qu'a tenu Jean-Claude Marin devant les magistrats aurait plutôt tendance à prouver l'inverse de ce qu'il m'a répondu. Il a très brièvement évoqué les délits financiers, et encore c'était pour évoquer les pouvoirs d'investigation du parquet au détriment des juges.

Qui peut changer les choses puisque vous ne semblez pas croire en l'action des politiques ?

J'espère que la France sera sensible aux injonctions des diverses institutions internationales parmi lesquelles le conseil de l'Europe. Et puis je crois surtout que le public va se rendre compte que finalement ces grands scandales financiers lui sont préjudiciables et va se mobiliser. Le scandale du Crédit Lyonnais par exemple, c'est une somme d'argent prélevée à chaque Français. Je ne pense pas que le pouvoir politique, qui raisonne à court terme, ait l'intention de faire changer les choses.

Propos recueillis par Jérôme Bouin (lefigaro.fr)

69 commentaires

  •   J'arrive à la retraite , j'ai toujours voté à droite , n'ai jamais fait grève , mais ,devant le spectacle de Sarko, (pour qui j'ai voté) et de ses courtisans serviles qui gagnent des fortunes et se moquent du peuple qui souffre , je participerai désormais aux manifs et voterai Besancenot .

Le 26/02/2009 à 20:23

  •   merci beaucoup pour votre courage et votre dévouement à la France et la justice!!

mais ce que je remarque c'est que vous ne faites que confirmer au fonds ce que tout le monde pense intérieurement : nos dirigeants sont des pourris!!
alors une question : comment se fait il que nous continuons à les élire et leur demander de nous représenter alors que nous savons qu'ils sont tous affiliés à la politique financière des banques qui comptent??? Celles qui ne sont jamais inquiétées (banque Rochild, banques privées qui dominent le monde)...

le complot est énorme encore faut il que ceux qui savent le dénoncent mais il est vrai qu'ils n'y ont aucun intérêt : ils sont complices de notre malheur!!

vive la France paraît- il (du moins faut il y croire)

Le 26/02/2008 à 18:55

  affaire crédit lyonnais, affaire clearstream, affaire société générale. autant d'affaires dont on ne sait ou saura le fin mot de l'histoire. La justice creuse son trou au fur et a mesure des années qui passent, et il est rare de voir des juges s'insurger! nous devrions tous savoir que ce ne sont pas les politiques qui gouvernent mais les + gros banquiers du monde !!!! pour savoir où en est la justice de notre pays vous devriez consulter une vidéo sur LVO.info affaire ROCHE, Magistrat assassiné en 2003 et dont les enfants crient justice sans se faire entendre!!!il y a en France certains juges, malheureusement pas tous, qui appellent au secours la population, Alors quand est-ce que l'on va se décider a mettre un coup de pied dans cette vaste fourmilière!!!?
alors Madame, chapeau bas pour votre rébellion!

Le 26/02/2008 à 00:44

  •   Coluche disait :" il y a deux justice en France .l 'avocat qui connaît la loi et celui qui connaît le juge ou sa hiérarchie

Le 24/02/2008 à 19:34

  •   Si vos collègues avaient aussi ce courage de dénoncer comment fonctionne la justice... la justice des puissants d'un côté et de l'autre le peuple qui a intérêt à ne pas faire d'erreurs car on ne le loupe pas et puis ces hommes d'affaires, ces dirigeants de banque (crédit lyonnais, société générale etc.) ces politiques qui détournent des millions quant ce n'est pas des milliards et ils sont dehors... continuent de mener grande vie et de nous gouverner
    Mais il faut stopper ce mode de fonctionnement
    où allons nous ?
    Madame, faites attention, soyez prudente avec de telles personnes... ils sont capables de tout
    et encore Bravo

Le 20/02/2008 à 13:27

  •   coulazou : "En démocratie le pouvoir appartient aux élus du peuple et non à ceux qui ont passé un concours pour rentre à l'école de la magistrature."
    en démocratie les règles s'appliquent à tous et les puissants copains des politiques y sont soumis comme tout le monde !
    Démocratie c'est pouvoir au peuple, pas aux élus ! sinon c'est trop facile, quand on voit des condamnés se faire réélire comme les balkany par exemple.
    Et les juges sont importants pour la démocratie, précisément parce qu'ils ne devraient pas avoir à faire allégeance à l'exécutif. Mais votre idée de la démocratie c'est plutôt : on a gagné les élections alors on a le pouvoir, tout le pouvoir et pendant 5 ans personne ne doit nous déranger. Ne parlez pas de démocratie, restez-en aux questions de pouvoir, c'est cela qui vous motive

Le 20/02/2008 à 11:24

  •   La justice et l'Etat sont au service des très riches, qui contrôlent par l'argent les media et les élections (le referendum de 2005 est une rarissime exception, et un avertissement). La justice ne punit leurs abus que s'ils sont dangereux pour le système et trop scandaleux. Autant dire que dans des affaires complexes où le public ne comprend rien, seuls des boucs émissaires comme Kerviel risquent quelque chose. Cette dame est prisonnière de ses illusions de classe.

Le 19/02/2008 à 12:50

  •   ce juge a raison, le parquet bloque de nombreuses actions des juges.
    Exemple type, pourquoi le parquet n/a pas fait appel dans l'affaire de pollutions par Total???
    Pour la S.G. le parquet a fait appel pour mettre le trader en détention, alors même que les juges avaient uniquement prescrits un contrôle judiciaire, sur ordre de qui et pour servir qui ???

Le 19/02/2008 à 10:00

  •   Le droit de réponse de Nathalie JAOUI PDG de CRIT à l'article de l'express du 24 Janvier 2008 (page 74) intitulé "gigantesque fraude à l'intérim «et qui conteste les affirmations selon lesquelles 50.000 intérimaires auraient été lésé de 10%leurs salaire brut apporte une réponse précise du journaliste du journaliste.
    Celui-ci cite le nombre d'intérimaires potentiellement lésés commission rogatoire 2006/1625 soit au total:49 970 intérimaires. Selon l'express le préjudice serait de 1,7 million d'euros!!! Le parquet de Paris est saisi de cette affaire....Espoir que la juge d'instruction Sophie Clément mène son action à son terme car Dominique de TALANCE est partie vers le parquet de Versailles où "l'herbe semble plus verte"

Le 18/02/2008 à 20:22

  •   A lire certains commentaires il y ici quelques braves gens qui semblent avoir eu à faire avec la justice financière et Mme de Talancé en particulier.
    C'est pas beau de s'en prendre anonymement à son juge sans évoquer le fond de l'affaire dans laquelle on est mis en cause.
    Je sais par expérience que les délinquants financiers nient toujours être justement des délinquants. Pour eux les juges, les policiers chargés de ces enquêtes ne connaissent rien au monde économique, au pire ce sont des communistes revanchard qui veulent se faire un pauvre entrepreneur ou tout simplement un riche. Pourtant la délinquance économique utilise les mêmes circuits financiers que les trafiquants de drogue ou les terroristes, c'est la délinquance financière qui fausse la concurrence et peut entraîner la ruine d'entreprises et leurs cortèges de licenciement... Alors non il ne faut pas cesser de lutter contre ce phénomène qui est plus grave que les vols à l'étalage par exemple.