Accueil  
Mouvements et photos du /11/02 2/09/05 701/06 3/03/06 J.-M. COUTIN 
 Nombreux mouvements au 15 juillet 2006 tribunal de Grenoble    
  15/11/07    juillet 2008 janv.2009  nov.2009 juillet 2010 2016 ? Jean-Francois-BEYNEL

Comment sont choisis ces tortionnaires obéissants ? -->

 NUL doute qu'il n'est pas surprenant que des criminels identifiés dangeureux soient relachés dans la nature par la faute de justice. Le tribunal est tellement occupé à enterrer pendant des décennies les affaires crapuleuses des brebis galeuses du milieu du droit (qui pilulent à Grenoble). Avec une activité facile orienté à 75% sur le racket des familles, il reste peu de temps pour s'occuper des truands.

SourceAccueilAlpes  

Affaire de "la veuve noire": "Il faut faire en sorte que ce dossier soit jugé rapidement", le procureur général de Grenoble

La remise en liberté de Manuela Gonzalez, -dite "la veuve noire"-, en raison d'un délai trop long entre son procès et l'appel, aurait-elle mis au jour un engorgement de la Justice à Grenoble? Le Procureur général reconnaît des faiblesses et s'engage sur "des délais plus rapides". 
Par Franck Grassaud Publié le 22/09/2015 | 18:32, mis à jour le 23/09/2015 | 10:43

Paul Michel, procureur général de Grenoble © France 3 Alpes © France 3 Alpes Paul Michel, procureur général de Grenoble

Dans une interview accordée à France 3 Alpes, Paul Michel, procureur général de Grenoble, commence par défendre les siens dans l'affaire de "la veuve noire": "N'oublions pas qu'un magistrat de mon parquet général s'est opposé à cette demande de remise en liberté et avait requis le maintien en détention. Pourquoi? parce qu'il s'agit d'une affaire d'une gravité exceptionnelle et le maintien en détention aurait permis d'éviter la fuite de Mme Gonzalez. Il y a, certes, des précautions, puisqu'elle a été placée sous contrôle judiciaire, mais il faut éviter impérativement qu'elle ne se représente pas à son procès."

Désormais, pour Paul Michel, "il faut faire en sorte que ce dossier soit jugé rapidement, au tout début de l'année 2016 par exemple." Les Assises de la Drôme doivent normalement s'en charger. 

Il faut voir le nombre d'affaires criminelles que nous avons à juger"

Sur les 17 mois de silence de la Justice grenobloise, depuis la demande d'appel de l'avocat de Mme Gonzalez, le procureur général avoue que "ce n'est pas un délai inhabituel, même s'il a été jugé ainsi par la Chambre de l'instruction". "Il faut voir le nombre d'affaires criminelles que nous avons à juger", explique-t-il, "Cela tient à la situation criminologique de la région". 

Paul Michel reconnaît: "Nous devons prendre des décisions pour prévoir des sessions supplémentaires pour parvenir à des délais de jugement plus rapides (...) par respect aussi pour les victimes."

Interview

Interview procureur général

Intervenant : Paul Michel, Procureur général de Grenoble


Sur la question des moyens supplémentaires, le procureur général affirme avoir avisé la Chancellerie, mais il évoque aussi "des questions d'organisations", sans donner plus de précisions. Il faut aussi dire que les Assises de l'Isère vont être occupées durant 6 semaines par le procès dit de la rixe d'Echirolles , des meurtriers présumés de Kevin et Sofiane. Autant dire que le temps judiciaire va s'arrêter en novembre à Grenoble. 

Interview - suite