Accueil    Nombre des francs-maçons en France

La franc-maçonnerie a transformé l'Etat français en République bananière. Leurs méthodes : la persuasion, la corruption, la captation des emplois et des fonds publics, l'utilisation de truands, l'affairisme, les mafias, le contrôle des institutions comme la justice, la police, les politiques...
Notre démocratie confisquée par des réseaux mafieux ?

L'EXPRESS du 12 mars 2009 Pages : 38, 39, 40, 41, 42, 44, 46, 48 (Texte recopié ci-dessous)

FRANCE ( LES FRANCS-MAÇONS )
TENDANCE MAÇONS
Spiritualité, valeurs et éthique ont le vent en poupe. Les frères en profitent...

Les frères n'en reviennent pas. On se bouscule pour assister au colloque co-organisé par la Grande Loge de France (GLF) et la Grande Loge traditionnelle symbolique Opéra, à Paris, le 12 mars. Thème choisi : « Construire le sens de sa vie ». Ce jour-là, les philosophes André Comte-Sponville et Luc Ferry, les sociologues Edgar Morin et Gérard Rabi­novitch, le théologien Alain de la Moran­dais, l'imam Tareq Oubrou, recteur de la mosquée de Bordeaux, et l'écrivain et journaliste Jean-Claude Guillebaud débattront valeurs et éthique, laïcité et spiritualité, religions et franc-maçonnerie.
Au rythme auquel affluent les inscriptions (1 700 le week-end dernier, dont un tiers viennent de province), la salle parisienne de la Mutualité devrait afficher complet.

COLLOQUE Les philosophes Luc Ferry et André Comte-Sponville, invités par deux grandes loges à débattre du «sens de la vie ».

être pas assez mis en avant, jusque-là, son travail sur les questions d'éthique. » Le 28 janvier, à Royan (Charente-Maritime), 600 personnes se pressaient, à l'invitation de l'Université inter âges, pour écouter Alain Graesel parler de «la franc-maçonnerie, objet de nombreux fantasmes », et de l'histoire de cet ordre initiatique. « Pourtant, l'entrée était payante », souligne-t-il.

Pour André Comte-Sponville, les francs-maçons sont en phase avec l'air du temps. « Notre époque est marquée par un retour à la spiritualité, estime-t-il. Mais l'of­fre n'est pas au rendez-vous, car nous sommes confrontés à une crise de la religiosité. Les gens cherchent donc ailleurs. C'est peut-être une chance pour la franc-maçonnerie, qui leur propose une spiritualité laïque. » ANNE VIDALIE
« Le sujet de ce colloque intéresse le public, également séduit par le plateau prestigieux d'intervenants que nous avons réuni, explique Alain Graesel, grand maître de la GLF. Par ailleurs, nous observons un intérêt accru pour la maçonnerie, qui n'avait peut-

» m'assure un jour qu'un collègue, dont le dossier devait passer bientôt devant nous, serait nommé à tel poste dans telle ville. Je me montre sceptique, car chaque candidat a fait plusieurs demandes. Le jour venu, je fais exprès d'insister pour explorer d'autres possibilités que le poste et la ville choisis d'avance, selon mon ami. En pure perte : le passage devant le CSM était en fait une formalité. Tout était écrit d'avance" » Premier président de la cour d'appel de Versailles, Vincent La-manda posa sa candidature au CSM, en 2002, avec un argument fort : « Je ne suis pas franc-maçon. » « Personne n'a voulu aller contre, de peur que ce soit interprété comme un aveu d'appartenance », s'amuse un des participants au vote.

Le culte du secret se retourne rarement, ainsi, contre les intérêts de la franc-maçonnerie... Sophie Coignard raconte comment, à Bordeaux, la liste des membres d'une loge, saisie lors d'une perquisition, est arrivée sous les yeux d'un journaliste de Sud Ouest. Celui-ci eut « une idée aussi simple que décapante : il a appelé les personnes mentionnées pour leur demander si elles appartenaient à la franc-maçonnerie. "Succès garanti, raconte-t-il.
A l'autre bout de la ligne, j'ai eu droit soit au silence, soit à des dénégations indignées, soit à des borborygmes inintelligibles. Et, au bout d'une demi-heure, j'ai vu débouler successivement deux confrères qui m'ont demandé ce que je faisais exactement comme enquête" ».
La franc-maçonnerie n'en finira pas avant longtemps de livrer ses secrets, même si elle renonce au secret. Organisation humaine, elle ne peut être qu'imparfaite, mais se doit d'être exemplaire, donc transparente, au nom même de son engagement humaniste. Laïcité, bioéthique, régulation du capitalisme, établissement d'un droit mondial... Les thèmes à débattre aujourd'hui ont besoin des travaux des maçons. Par chance, les volontaires affluent, poussés vers les loges par la crise des idéologies, le déclin ou le durcissement des religions et les déceptions politiques (voir l'encadré). En témoigne ce vétéran de la franc-maçonnerie francilienne, qui se réjouit d'avoir vu récemment initier un cadre d'Air France âgé de 26 ans, un dentiste de 27 ans et un employé de la DGSE quadragénaire. Cette nouvelle génération de frères sera-t-elle celle de la transparence ? Pour la bonne tenue des affaires publiques, mais surtout pour l'avenir de la franc-maçonnerie elle-même, il faut que les « fils de la Lumière » acceptent enfin d'apparaître au grand jour. c. B.

CARRIERE

L'appartenance à la franc-maçonnerie fut une aide précieuse pour l'ex-ministre Renaud Dutreil.

L'EXPRESS du 12 mars 2009 Pages : 38, 39, 40, 41, 42, 44, 46, 48